Actualités

Un traitement gobal pour le rajeunissement du visage à Paris : le MD Code

MD Code, une prise en charge globale du vieillissement du visage

Si les raisons de consulter un chirurgien esthétique sont variées, elles émanent de la même motivation : contrer les effets du vieillissement. Alors que le lifting est l’intervention la plus commune, la technique des MD Codes constitue une alternative très efficace au lifting.

Les MD Codes

La technique des MD Codes (Medical Code), mise au point en 2015, définit une toute nouvelle manière d’appréhender le vieillissement du visage et sa prise en charge. Elle est le résultat d’une codification de toutes les zones du visage qui correspondent à des points anatomiques précis et applicables à toutes les morphologies.

Cette technique s’illustre en une cartographie comptant 75 points d’injection précis et inter-reliés, ces différents points correspondant à la fois aux émotions et à la morphologie de chacun et chacune.

Les points d’injection ont été définis de façon stratégique selon un ensemble de facteurs additionnels tels que :

  • reliefs osseux et résorption osseus
  • compartiments graisseux et fonte de graisse
  • structures vasculaires et nerveuses
  • mobilité de la zone et ampleur de mouvement

En incluant la dimension émotionnelle dans la procédure d’injection de produits de comblement, le Dr Mauricio Di Maio, inventeur des MD Codes, a permis à la médecine esthétique de faire un réel bond en avant.

Sa méthodologie consiste à demander aux patient(e)s trois priorités (cernes, sillons, ovale, menton, patte d’oie…), assorties d’une motivation plus globale : paraître moins fatigué, moins triste, moins relâché, moins sévère, plus beau/belle, plus jeune…

Le médecin peut alors adapter sa technique aux attentes en privilégiant le relâchement cutané, première cause du vieillissement.

Le changement le plus conséquent apporté par les MD Codes réside donc dans la consultation. Plus ouverte, elle permet d’ouvrir le dialogue et d’expliquer aux patients la différence entre ce qu’ils désirent et ce dont ils ont besoin.

Par exemple, un patient inquiété par ses rides va demander à ce que l’on intervienne sur ces manifestations de vieillissement, or la ride est en fait la dernière chose à traiter, conséquence d’un problème, et non pas problème en lui-même.

Les zones ciblées

La technique des MD Codes repose sur un ensemble de zones déjà visées lors d’interventions chirurgicales :

  • les pommettes et les tempes,
  • les joues,
  • la vallée des larmes,
  • les lèvres,
  • la mâchoire,
  • les sillons nasogéniens,
  • les plis d’amertume,

Selon le patient, on pourra aussi traiter le front ou le menton.

Stratégie d’injection

Après avoir défini la zone cible, le médecin doit choisir le produit injectable le plus approprié.
Tous à base d’acide hyaluronique, l’un est par exemple plus dense et élaboré pour être injecté profondément; il peut être utilisé pour donner du volume. Un autre, plus léger et semblable à de l’eau, sera plus approprié pour le contour des yeux et des lèvres.

À chaque point correspond donc un type précis d’acide hyaluronique en fonction de l’effet souhaité.

L’injection se fait le plus souvent par aiguille, toutefois la micro-canule peut être utilisée. La micro-canule permet, grâce à son bout arrondi, d’éviter à la peau les traumatismes rencontrés avec les aiguilles, là où la peau est plus facile à soulever. Elle permet également une répartition plus harmonieuse du produit, mais sera moins précise.

Plusieurs modes d’injection sont alors envisageables :

  • En rétro-traçant : l’aiguille est positionnée parallèlement à la peau et insérée sur toute la longueur de la ride visée ; la solution est ensuite injectée tout en rétractant l’aiguille.
  • En bolus : on définit la quantité nécessaire de produit pour obtenir un effet ; l’injection se fait en sous-muqueux.
  • En éventail : technique similaire à celle du rétro-traçage. La seule différence, c’est qu’au lieu de retirer complètement l’aiguille, on change sa direction en la tournant à un angle aigu pour réaliser 2 ou 3 injections linéaires rétro-traçantes supplémentaires dans le derme.

Selon la zone cible, la profondeur d’injection sera différente : en superficie, dans un plan moyen ou profond. Les volumes d’injection sont également codifiés pour éviter toute sur-correction.

Et après ?

L’élément le plus important à traiter est le relâchement cutané. Viennent ensuite la fatigue, la tristesse et la sévérité. Le traitement initial sera donc réalisé en quatre sessions.

Pour obtenir un résultat comparable à celui d’un geste chirurgical, douze à seize seringues en moyenne seront nécessaires pour un visage mature et abîmé. L’entretien est ensuite annuel.

Cette page vous a plu ?
Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles

2 votes
Moyennes : 5,00 sur 5
Loading...

Commentaires