Blépharoplastie des poches

L’intervention n’est pas la même selon que l’on a uniquement des poches (ou hernies graisseuses) ou des poches associées à des cernes. La graisse qui compose la poche doit être enlevée sans excès pour éviter que l’œil ne soit trop creusé. Cet équilibre du geste repose sur une analyse soigneuse de la zone orbitaire, y compris des pommettes, l’objectif étant de rafraîchir le regard sans rien modifier à l’expression ni aux traits.

Les symptômes

Résultats de la blépharoplastie inférieure

  • Alt Image
  • Alt Image
  • Alt Image

Les résultats peuvent varier selon les patients

Généralités sur la blépharoplastie inférieure

La chirurgie des paupières inférieures est plus délicate que celle des paupières supérieures. Elle exige une connaissance précise de l’anatomie de l’œil pour ne pas perturber les tissus musculaires qui jouent un rôle de soutien essentiel des paupières, ni les canaux lymphatiques qui évacuent la lymphe. Pour opérer, j’incise au niveau de la conjonctive, et je travaille en veillant à ne pas abîmer le muscle pour éviter une complication redoutable, l’ectropion.

Indications de la blépharoplastie inférieure

La chirurgie des paupières inférieures traite essentiellement les poches et les cernes. Souvent, il est judicieux de retendre un peu une paupière inférieure affaissée et plissée. On peut également redonner une forme en amande à un œil qui s’est détendu avec les années, une intervention appelée canthopexie qui permet aussi de retoucher un œil devenu trop rond à la suite d’une blépharoplastie passée.

Consultation et examens avant la blépharoplastie inférieure

J’examine l’ensemble de la région orbitaire pour déterminer les mécanismes en cause dans le vieillissement de l’œil. J’observe les différentes poches : la médiale, généralement la plus gonflée ou visible, la latérale et, parfois, plutôt après 60-70 ans, la poche malaire située en bas du cerne.

Un bilan ophtalmologique est souvent nécessaire pour s’assurer de l’absence de glaucome qui constitue une contre-indication et anticiper une sécheresse de l’œil dont les patients n’ont pas toujours conscience.

Un rendez-vous avec l’anesthésiste est nécessaire au plus tard 48 heures avant l’intervention, avec un bilan sanguin, pour évaluer les paramètres de coagulation. Il est important d’arrêter de fumer au moins 1 mois l’intervention. Les anti-inflammatoires (dont l’aspirine) doivent être arrêtés dans les 10 jours qui précèdent.

Déroulement de la blépharoplastie inférieure

L’intervention se fait sous anesthésie locale avec sédation ou, parfois, sous anesthésie générale courte. Elle dure environ 45 minutes.
Une incision au travers de la conjonctive permet d’accéder à la poche médiale, la plus facile à traiter, puis à la poche latérale qui doit également être diminuée. La graisse est enlevée sans excès pour ne pas creuser l’œil. Lorsque des cernes doivent être comblés, je transpose la graisse : en ouvrant une membrane appelée septum, je transfère la graisse des poches vers les cernes pour redonner le volume manquant. Si la peau s’est plissée ou ridée, j’incise sous le cil pour enlever l’excédent de peau, sans toucher aux muscles et canaux lymphatiques.

Suites opératoires de la blépharoplastie inférieure

  • Il est souvent préférable de passer la nuit suivante à la clinique pour prévenir le gonflement post-opératoire. On vous demandera de garder le plus possible les yeux fermés et on appliquera des compresses réfrigérées. Des douleurs minimes, bien calmées par les antalgiques, sont possibles la première nuit.
  • Vous revenez me voir 3 jours après l’intervention pour enlever les fils. Vous devez rester au calme pendant une semaine, et éviter les activités sportives pendant 15 jours.
  • Les suites d’une blépharoplastie des paupières inférieures sont plus longues que celles d’une intervention comme le lifting et elles sont assez imprévisibles : pour un geste identique, certains patients ne sont pas marqués, alors que d’autres seront gonflés et auront des ecchymoses pendant 2-3 semaines. De retour chez soi, il faut continuer à appliquer des compresses réfrigérées plusieurs fois par jour et mettre une crème cicatrisante et anti-ecchymoses. Une crème post-traitement, légèrement teintée, permet de masquer les bleus.

Complications possibles de la blépharoplastie inférieure

  • L’œdème de la paupière (chemosis), dû au gonflement de la conjonctive, est la complication la plus courante. Il traduit une réaction normale mais excessive de la paupière à l’intervention. Il faut généralement quelques semaines pour que tout rentre dans l’ordre ; en cas de chemosis important (environ 5 % des patients), le gonflement peut mettre jusqu’à 2 mois à se résorber totalement.
  • La complication la plus redoutable est l’ectropion dû à une lésion du muscle qui assure la tonicité de la paupière et/ou à l’ablation excessive de peau et de graisse. La paupière, qui n’est plus assez soutenue, s’étire vers le bas et il est nécessaire de ré-intervenir. C’est pour prévenir ce risque que j’incise dans la conjonctive, selon une technique qui épargne les structures de la paupière inférieure.

Contactez le secrétariat

Le secrétariat est ouvert du lundi au samedi de 8h à 20h : +33 1 47 27 44 31
Envoyez un mail tous les jours et 24h/24 : [email protected]

Envoyez un message

Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.

Ajouter un fichier

* Les champs sont obligatoires

Commentaires