lifting

Le lifting du visage permet de corriger un cou qui se détend et retrouver l’ovale du visage.

Les différents lifting

De nouvelles appellations apparaissent sans cesse, maxi ou mini-lifting, en deux ou trois épaisseurs, hard ou soft, superficiel ou profond. Je vais donc essayer de vous éclairer en dégageant des principes simples. Lifting veut dire par définition « remonter ». Le vieillissement entraine une élongation de la peau, un affaissement des différentes structures de la face, souvent un empâtement graisseux. Pendant longtemps on a effectué seulement un lifting cutané, en retendant la peau. Ensuite, dans les années 70, on a commencé à retendre également tissus profonds (les muscles et les aponévroses, reliés par le SMAS, ou système musculo-aponévrotique superficiel, décrit par le Dr Vladimir Mitz en 1976), et également à enlever la graisse accumulée au niveau du cou et des bajoues. Certains retendent séparément la peau et les muscles, d’autres les gardent réunis, d’où les appellations en 1, 2 voir 3 plans. Cette mobilisation des muscles et de la graisse peut également être effectuée de façon plus ou moins importante. L’excédent graisseux peut être enlevé par aspiration ou par résection directe, ou l’association des deux.

Il est également possible de remonter toutes les parties molles du visage, en passant en avant de l’os, ce que l’on appelle mask lift ou lifting profond. Cette intervention, qui peut donner des résultats spectaculaires dans des cas bien précis, corrige l’affaissement de la partie centrale du visage mais non l’excédent cutané du cou. Les suites opératoires sont habituellement plus longues que pour un lifting superficiel, avec un oedème prolongé.

L’endoscopie est excellente au niveau du front, et elle peut représenter une alternative à la toxine botulique, chez certains patients qui souhaitent un traitement plus définitif au niveau du front.

Tout cela est bien compliqué et permet de souligner deux points importants :

  1. il n’y a pas « un lifting », mais de multiples possibilités d’action que le chirurgien doit connaitre et parmi lesquelles il doit choisir. Ce choix doit se faire après une étude précise des différents problèmes à résoudre et de l’anatomie de chaque personne ;
  2. on fera à chaque fois une opération différente, adaptée au cas particulier de chaque partie. L’amplitude de l’opération est également un sujet de débat entre les partisans des petites touches successives et ceux qui préconisent une intervention « totale ». C’est un faux débat, il faut considérer la situation lors de la demande d’intervention et adapter la tactique opératoire à chaque patient pour avoir le meilleur résultat possible. Cela représente pour moi une apparence naturelle, avec une absence de traces visibles de l’opération et cependant, un rajeunissement le plus efficace possible.

Le vieillissement peut être plus ou moins homogène selon les patients. Parfois, il va se manifester surtout au niveau des paupières, ou du front. Le cou peut être surtout touché, ou les joues. Dans ces cas, on pourra corriger uniquement la partie incriminée. Plus souvent, le vieillissement est harmonieux et affecte également les différentes parties du visage. Dans ces cas, pour obtenir une correction qui reste harmonieuse et naturelle il faudra corriger simultanément les différentes parties. L’âge est également matière à controverse entre les partisans d’un lifting précoce et ceux d’un lifting plus tardif. Je pense qu’il est préférable d’intervenir lorsque l’affaissement du cou commence à se voir et que l’ovale du visage disparait, mais avant l’organisation des plis et des rides, surtout au niveau du coin de la bouche et des bajoues. Un liffing à ce stade a un effet non seulement de rajeunissement mais également de freinage du vieillissement.

Il ne faut cependant pas exagérer et intervenir trop précocement, et il faut qu’il y ait un affaissement net pour qu’un lifting cervicofacial soit envisageable raisonnablement.
Cependant, en dehors de l’état anatomique, la situation particulière de chaque patient (métier,
 famille, tabac, problèmes médicaux, équilibre psychologique) devra être prise en compte dans le choix du moment et la nature de l’intervention envisagée.

Quel est le bon âge pour un lifting?

Il n’y a pas vraiment d’âge idéal, car le vieillissement du visage est très variable d’une personne à l’autre, en fonction de la structure osseuse de la face, de la nature de la peau, des variations de poids, de l’exposition au soleil, de l’hérédité.
A mon avis, il est souhaitable de faire un lifting quand se profile l’amorce d’une bajoue, quand se produit au-dessous de la bouche un décrochement dans le prolongement de la ride naturelle qui se situe entre la joue et la lèvre supérieure. Cela se produit habituellement vers 50 ans, mais chez certaines femmes une bajoue peut apparaitre dès 40 ans, alors que d’autres n’auront aucun problème jusqu’à la soixantaine.
Quoiqu’il en soit, il est préférable d’intervenir pour remettre la joue en tension, car sinon une ride se forme et s’organise à partir du coin de la bouche, particulièrement vieillissante, et un lifting tardif ne pourra plus que l’atténuer. Par contre, au niveau du cou, il est toujours possible de retendre la peau distendue.
Il faut apprecier l’état de votre peau, l’importance de la graisse sous-cutanée, le tonus et la répartition des muscles du visage et du cou. Il n’est parfois nécessaire que de retendre les joues, sans toucher le cou, mais exceptionnellement l’inverse.

Comment se déroule l’intervention?

schma cicatrices lifting marchacLes cicatrices sont placées dans les cheveux au niveau de la tempe, passent dans le rebord de l’oreille, très bien dissimulées à ce niveau, contournent le lobule, passent derrière l’oreille pour repartir dans les cheveux. Vous pourrez donc vous coiffer les cheveux courts ou en chignon. Si votre cou est empâté, il peut être nécessaire de faire une incision supplémentaire de quelques millimètres sous le menton pour enlever la graisse à ce niveau. Elle ne laissera qu’une petite cicatrice très bien dissimulée dans un pli naturel.

J’enlève la peau en excédent, et quelquefois, un peu de graisse au niveau du cou et du bas des joues. J’effectue parfois une aspiration pour enlever la graisse excédentaire. Je travaille également les tissus situés sous la peau, le SMAS (système musculo-aponévrotique superficiel), pour le remettre en tension. Cela permet de donner un résultat très naturel et plus durable que si l’on ne retend que la peau. 
La peau est ensuite très soigneusement suturée, avec des loupes pour une meilleure précision. La suture sera placée essentiellement dans les cheveux, sans les raser. Je n’utilise pas d’agrafes, mais des fils résorbables dans les cheveux et de fils très fins devant les oreilles, que j’enlève 3 jours et 7 jours après l’intervention. Je recommande de faire un shampooing la veille de l’opération, avant l’entrée en clinique, mais les cheveux seront relavés à la fin de l’opération, avant de vous remettre dans votre lit. Il n’y a pas besoin de volumineux pansement.

Une anesthésie générale est elle nécessaire?

Non, car dans la plus part des cas l’anesthésie est mixte, avec un mélange d’anesthésie locale et de sédation, sans avoir besoin d’intubation. Vous dormez pendant l’intervention, sans douleurs ni souvenirs. Le reveil est plus doux et facile qu’après une anesthésie générale. Cependant, chez certaines patientes ou patients avec des problèmes de santé, il sera préférable de faire une anesthésie générale. Tout cela est discuté pendant la consultation d’anesthésie.

Après l’opération

Vous n’aurez pas de pansement, vous serez allongé(e) sur un linge propre. Il est très important alors de maintenir une bonne position de la tête et du cou. Il faudra éviter de baisser le menton, de fléchir le cou et, au contraire, maintenir le menton en l’air comme si vous vouliez allonger le cou. Un oreiller volumineux sera donc à éviter au profit d’un soutien sous les épaules et la nuque. L’idéal est de rester la tête droite. Si vous voulez tourner la tête, tournez plutôt les épaules, et faites tous les mouvements avec douceur. De façon générale, il est capital de rester le plus calme possible les premiers jours post-opératoires, surtout les premiers 48 heures, pour éviter un hématome. Celui-ci est favorisé par une poussée tensionnelle, une agitation, des mouvements rapides, des efforts.

Les douleurs sont habituellement minimes et fugaces, très bien calmées par du paracétamol. Vous ressentirez plutôt une sensation de tension, de carcan, en raison de la remise en tension du SMAS. Même si vous vous sentez très bien, restez bien calme si vous voulez éviter un hématome. Vous pourrez cependant bien entendu vous lever le lendemain de l’opération et vous quitterez la clinique en fin de matin.

Les 2 ou 3 premiers jours, vous pourrez faire un shampooing et sortir avec un peu de maquillage. La majorité des patientes sont tout à fait présentables au bout d’une semaine, mais il est prudent de prévoir trois semaines sans obligations car il faut parfois ce délai pour que le gonflement et ecchymoses s’atténuent et pour que vous puissiez faire une couleur.

Passé trois ou quatre semaines, on ne voit habituellement plus que vous avez subi une opération.
Pour vous-même cependant, il faudra attendre six mois à un an au moins pour que les cicatrices se soient complètement aplaties et blanchies et pour que vous sentiez, en touchant vos joues, la même souplesse qu’avant l’opération. Il faudra aussi ce laps de temps pour que la sensibilité de la peau revienne complètement. Au niveau des joues et du cou, là ou la peau a été décollée pour être remise en tension après l’ablation de l’excédent, il y aura en effet une diminution transitoire de la sensibilité.

Combien de temps dure un lifting cervico-facial?

Le résultat ne sera évidemment pas définitif, mais qu’il faut habituellement 8 à 10 ans pour que la peau se détende suffisamment pour revenir à l’état où vous étiez au moment de la première operation. Lorsqu’un premier lifting a été bien réalisé techniquement, il est possible de refaire un nouveau liffing sans aucune difficulté particulière, une rotation de la tempe permettant d’éviter de remonter les cheveux.
Je pense qu’un lifting pas trop tardif, loin d’abîmer la peau, l’améliore au contraire en la maintenant en tension et en évitant que ne se forme les rides profondes.

Lifting ou botox?

Contrairement à ce que beaucoup de personnes croient, lifting et botox ne s’opposent pas, bien au contraire. De même que les neuromodulateurs comme le botox ne s’opposent pas aux fillers comme l’acide hyaluronique. Ils traitent des problèmes différents et sont complémentaires. Des médecins esthétiques m’adresse régulièrement des patientes qui ont des injections depuis longtemps car ils ne parviennent plus à corriger la détente du cou et les bajoues. Le lifting vient alors donner un coup de jeune en repositionnant véritablement en profondeurs les tissus tels qu’ils étaient voilà une dizaine d’années.

Les patientes ont donné l’autorisation au Dr Marchac d’utiliser leurs photos à condition que leur anonymat soit préservé.

Patiente 1
Avant l'intervention

Patiente 1
3 mois après l'intervention - lifting cervico-
facial avec SMAS

Patiente 2
avant l'intervention

Patiente 2
3 mois après l'intervention - lifting cervico-
facial avec SMAS

Patiente 2
avant l'intervention

Patiente 2
3 mois après l'intervention -
lifting cervico-facial avec SMAS

Patiente 3
avant l'intervention

Patiente 3
3 mois après l'intervention - lifting cervico-
facial avec SMAS et dermabrasion

Patiente 4
avant l'intervention

Patiente 4
3 mois après l'intervention - mini-lifting
avec SMAS et lipo-aspiration du cou

Patiente 5
avant l'intervention

Patiente 5
3 mois après l'intervention - lifting cervico-
facial avec SMAS et lipo-aspiration du cou

Patiente 6
avant l'intervention

Patiente 6
3 mois après l'intervention - lifting cervico-
facial avec SMAS

  • Objectif: corriger un cou qui se détend et retrouver l’ovale du visage
  • Avant l’intervention: Arrêter le tabac un mois avant l’intervention / Arrêter l’aspirine, les anti-inflammatoires et la vitamine E 10 jours avant l’intervention / prendre les traitements de l’ordonnance spéciale d’homéopathie et de crèmes pour diminuer les ecchymoses (bleus) et l’œdème (gonflement) 3 jours avant.
  • Si vous faites habituellement une couleur, allez chez le coiffeur quelques jours avant l’intervention car ne pourrez pas y retourner pendant un mois (risque de coloration des cicatrices).
  • Anesthésie : locale avec sédation ou générale
  • Durée de l’intervention : 3 heures
  • Retour au domicile : le lendemain matin
  • Douleurs: minimes, surtout la première nuit, très bien calmées par les médicaments. Plutôt une sensation de carcan, de gène aux mouvements de la tête et de la bouche, pendant un mois environ.
  • Soins particuliers : pas de pansement, un shampoing est fait à la fin de l’intervention. Shampoing à la maison au 2ème jour, et soins sur les cicatrices avec une pommade spéciale.
  • Retrait des fils : au 3ème jour et au 7ème jour après l’intervention, pour que les cicatrices soient invisibles.
  • Reprise des activités professionnelles : 15 jours.
  • Reprise des activités sociales: 3 semaines
  • Reprise des activités physiques : 3 semaines

Le docteur Marchac est spécialisé en chirurgie esthétique du visage. Il exerce également la chirurgie des oreilles sur les oreilles décollées, la chirurgie du nez, la chirurgie des paupières mais aussi le lifting des seins. Vous pouvez contacter son cabinet du 130 rue de la Pompe 75116 Paris au 01 47 27 44 31 ou via le formulaire de contact mis à votre disposition.

Plus de questions?