Mon analyse du regard

Dans un visage, nous regardons en premier les yeux, probablement parce que c’est la zone qui transmet le plus d’informations émotionnelles. Ce n’est pas juste l’œil ou la pupille que nous fixons, mais plus largement la région des yeux, des sourcils jusqu’aux pommettes. L’harmonie du regard repose sur un ensemble de détails : des sourcils bien positionnés, pas trop bas, une paupière supérieure pleine dont le pli (pli palpébral) est bien défini et qui n’empiète pas sur les cils, une paupière inférieure en continuité avec la joue. La chirurgie esthétique des paupières – blépharoplastie – comprend plusieurs gestes destinés à corriger des signes de fatigue qui peuvent toucher les jeunes adultes (poches, cernes) ou survenir avec les années, souvent à partir de la quarantaine. L’observation doit être soigneuse, et le geste « millimétré » pour donner un coup de peps, ôter des poches, combler des cernes, alléger les paupières supérieures… sans rien modifier à la forme des yeux et à leur expressivité.

J’examine en détail la position des sourcils et des paupières supérieures pour déterminer s’il existe un ptosis (paupières tombantes) qui nécessiterait un geste spécifique, j’observe la peau de la paupière supérieure, ses distensions qui donnent un aspect fripé. J’évalue le creusement du regard, fréquent avec l’avancée en âge, les poches, les cernes, leurs liens avec les pommettes et la vallée des larmes (sillon entre les pommettes et le nez). C’est en scrutant chacun de ces éléments et que je parviens à expliquer à mes patients ce qui leur donne cet air « fatigué, triste, éteint, vieilli… ». La chirurgie des paupières est souvent la première intervention esthétique demandée sur le visage. Elle est généralement très gratifiante car elle rajeunit le regard de façon très naturelle.

Plus

Les signes de vieillissement des yeux

La peau du contour de l’œil est très fine et très sollicitée car nous la plissons en permanence par nos expressions et clignements. Des rides apparaissent assez tôt sur le coin externe des yeux (rides de la patte d’oie) et entre les sourcils (rides du lion).

Ils sont liés à une perte de volume au niveau de la paupière inférieure, et peuvent présenter une coloration brune ou violacée. Il existe plusieurs types de traitements, médicaux et chirurgicaux.

Elles se forment à la suite d’une distension et d’un affaissement de la graisse qui entoure l’œil. Le traitement, chirurgical, rajeunit l’ensemble du visage.

Plusieurs signes de vieillissement peuvent affecter les paupières supérieures et donner un air fatigué ou éteint. L’analyse point par point de ces signes permet de définir un plan de traitement adapté.

Questions fréquentes posées

L’opération des paupières présente-t-elle des risques pour la vue ?

Habituellement non. Mais avant toute opération sur les paupières inférieures (poches, cernes), je demande un bilan ophtalmologique pour dépister un éventuel glaucome (par une mesure de la tension oculaire) qui contre-indiquerait l’intervention et repérer une sécheresse oculaire dont le patient n’a pas forcément conscience. Cette dernière n’empêche pas d’opérer, mais elle peut être transitoirement augmentée après la chirurgie et il est bon de savoir au préalable si l’on a tendance à avoir les yeux secs. L’instillation de larmes artificielles apporte un soulagement le temps que le film lacrymal se reconstitue. L’opération sur les paupières supérieures est plus simple et n’exige pas, en règle générale, de bilan ophtalmologique.

J’ai peur que l’intervention sur mes paupières transforme mon regard… Comment être sûr que ce ne sera pas le cas ?

Il n’y a pas de raison que votre regard change car l’intervention, lorsqu’elle est bien réalisée, ne modifie pas la forme des paupières.