Docteur Marchac Chirurgien esthétique et plastique à Paris

Le site mobile sera
accessible prochainement

Rendez-vous sur la version
Desktop et Ipad (mode hozizontal)

Secrétariat ouvert
du lundi au samedi de 8h à 20h

+33 1 47 27 44 31

La détente et l’affaissement du cou

La zone du cou s’étend de la mâchoire inférieure (le rebord mandibulaire) jusqu’à la clavicule. Lorsqu’un patient vient me voir pour « refaire son cou », j’analyse l’ensemble de son visage, particulièrement le tiers inférieur – la joue et la bajoue, l’ovale et le cou – pour bien saisir comment sa physionomie a évolué avec le temps. Si le processus de vieillissement de la peau et des tissus sous-cutanés est universel, le cou comme le visage évolue différemment selon les individus et nécessite une approche personnalisée. J’observe l’état de la peau, l’importance de la graisse sous-cutanée (l’affaissement est-il associé à un empâtement ?), le tonus des muscles du cou, l’étirement des tissus. Je demande à mon patient de me montrer avec ses mains, face à un miroir, ce qu’il attend de l’intervention. A mon tour, je lui montre comment le lifting peut corriger l’affaissement et ce qu’il est réaliste de faire techniquement.

Dans la majorité des cas, sauf empâtement isolé, il est nécessaire et préférable d’intervenir à la fois sur le cou et sur le bas du visage (sur les bajoues qui altèrent l’ovale) pour rétablir les reliefs osseux et un angle harmonieux entre le menton et le cou (angle cervico-mentonnier). En remettant en tension les tissus profonds (ce n’est plus la peau que l’on « tire » dans un lifting de qualité), on obtient des résultats naturels et durables.

Plus

Questions fréquentes posées

A quel âge préconisez-vous ce type de lifting ?

La plupart de mes patientes ont la cinquantaine, mais il n’y a pas vraiment d’âge idéal car le vieillissement du visage et du cou est très variable d’une personne à l’autre en fonction de l’hérédité, de la structure osseuse, de la nature de la peau, des variations de poids. Intervenir trop précocement, alors que les tissus sont à peine distendus, n’est pas utile. En revanche, il est préférable de ne pas trop attendre : l’affaissement provoque l’apparition de plis dans le bas du visage, et un lifting trop tardif, alors que les plis sont déjà installés, ne pourra que les atténuer. Enfin, le lifting a un effet préventif sur le relâchement, et on peut tout à fait le renouveler une dizaine ou une quinzaine d’années après.

Existe-t-il d’autres méthodes que le lifting pour redessiner l’ovale du visage ?

Le lifting est sans conteste la méthode la plus efficace pour traiter l’affaissement des tissus du bas du visage et du cou. La pose de fils tenseurs peut différer l’intervention de quelques années ; les injections d’acide hyaluronique qui comblent les irrégularités de l’ovale également, mais elles ont l’inconvénient de gonfler et d’alourdir le bas du visage. Sauf à traiter un affaissement minime, je ne les recommande pas dans cette indication.