Plastie mammaire de réduction

Des seins trop volumineux entraînent une gêne importante d’ordre esthétique, mais aussi physique avec, assez fréquemment, des douleurs cervicales et dorsales. Compte tenu de ses répercussions, la Sécurité sociale rembourse une partie du coût lorsqu’on retire plus de 300 g par sein.

prendre un rendez-vous

Résultats de la réduction mammaire

  • Alt Image

Généralités sur la réduction mammaire

L’acte chirurgical est assez proche de celui que l’on pratique dans la plastie des seins tombants, mais on enlève une partie de la glande mammaire, de la graisse et de la peau avant de remodeler le sein pour lui donner une jolie forme.

Indications de la réduction mammaire

Ce sont souvent des jeunes filles qui viennent consulter : l’hypertrophie mammaire apparaît au cours de l’adolescence, et on peut intervenir dès que la croissance est terminée. J’opère également régulièrement des patientes de la cinquantaine, soit parce qu’elles se décident enfin à ne plus subir leur poitrine trop volumineuse, soit parce que leurs seins, de taille standard auparavant, ont grossi au fil des années, notamment à la ménopause en raison d’une prise de poids.

Si un embonpoint raisonnable ne pose pas de problème, l’obésité peut constituer une contre-indication en raison de complications plus fréquentes à l’anesthésie, d’une mauvaise cicatrisation et d’un résultat esthétique incertain.

Consultation et examens avant la réduction mammaire

Lors de la première consultation, je vous interroge sur votre histoire médicale et votre état de santé. J’évalue le volume et la symétrie des seins, j’examine la qualité de la peau et l’épaisseur du tissu cutané. Nous discutons ensuite des modalités chirurgicales et je vous montre des exemples d’interventions pour que vous puissiez vous faire une idée de la forme que l’on peut obtenir et visualiser l’emplacement et la taille des cicatrices : autour de l’aréole, verticalement, rarement dans le sillon sous-mammaire.
Une mammographie et/ou une échographie mammaires doivent être réalisées, ainsi qu’un bilan sanguin nécessaire à la consultation d’anesthésie.
Il est important d’arrêter de fumer au moins 1 mois l’intervention. Les anti-inflammatoires (dont l’aspirine) doivent être arrêtés dans les 10 jours qui précèdent.

Déroulement de la réduction mammaire

L’intervention se déroule sous anesthésie générale et dure environ 2 heures. L’incision autour de l’aréole permet de repositionner l’aréole et le mamelon plus haut et d’améliorer si nécessaire l’aspect d’une aréole distendue en réduisant un peu son diamètre. Une incision verticale est réalisée pour enlever l’excédent de glande et de graisse. Souvent, il est inutile d’ajouter l’incision horizontale (dans le sillon mammaire) car la peau est assez épaisse chez les femmes qui ont des seins volumineux. Les seins sont remodelés, l’excédent de peau est enlevé. Chez les femmes d’âge mûr, la part de graisse est souvent plus importante que celle de glande en raison d’une prise de poids et d’une involution des glandes mammaires avec l’avancée en âge. La plastie est généralement moins aisée que lorsqu’on remodèle des tissus glandulaires comme c’est généralement le cas chez les jeunes filles.

A noter : l’aréole et le mamelon sont déplacés avec la glande mammaire sous-jacente, ainsi que les nerfs et les vaisseaux. Cette technique (« pédicule supéro-médial »), mise au point par la chirurgienne canadienne Elisabeth J Hall-Findlay, préserve la sensibilité du mamelon et la possibilité d’allaiter. Elle réduit aussi le risque de nécrose de l’aréole, une complication redoutable qui peut survenir avec la technique classique dite du pédicule supérieure.

Suites opératoires de la réduction mammaire

  • L’intervention se fait en ambulatoire ou avec une sortie le lendemain.
  • Les suites sont assez simples et peu ou pas douloureuses car on ne touche pas aux muscles. Les seins sont couverts par un pansement compressif que vous remplacez au bout de 5 jours par un soutien gorge spécial (sans baleine), à porter nuit et jour pendant 2 à 4 semaines. Vous pouvez reprendre vos activités 3-4 jours après, le sport pas avant 3 semaines.
  • Les cicatrices peuvent être un peu rouges et des ecchymoses (bleus) sont possibles. Elles évoluent normalement en un an : la phase inflammatoire atteint un pic vers le 3e mois, puis la cicatrice s’éclaircit peu à peu pour se réduire à un fin trait blanc. Si la cicatrice de l’aréole est trop voyante, un tatouage peut la camoufler efficacement.

Complications possible de la réduction mammaire

L’essentiel des complications concerne la cicatrisation qui peut mal se faire (cicatrice hypertrophique voire chéloïdes) et nécessiter des soins particuliers. Les autres complications sont très rares.

Une légère asymétrie (très courante sur des seins non opérés et pas toujours perçue par la patiente) est possible.

Le risque de nécrose du mamelon est très rare avec ma technique opératoire (le mamelon et l’aréole ne sont pas séparés de la glande mammaire).

Contactez le secrétariat

Le secrétariat est ouvert du lundi au samedi de 8h à 20h : +33 1 47 27 44 31
Envoyez un mail tous les jours et 24h/24 : contact@dr-marchac.com

Envoyez un message

Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.

Ajouter un fichier

* Les champs sont obligatoires

2 Commentaires

  • David celine
    Publié le 03 septembre 2017 Répondre

    Bonjour. Je souhaites depuis longtemps une réduction mammaire. Je fais actuellement du 85f voir G. J’ai 2 hernies discales, plus de sport tellement c’est difficile avec la poitrine et gros complexe. Depuis ma grossesse, ils s’affaissent également. Mais, j’ai une grande phobie de l’anesthésie générale et j’ai développé des allergies au tramadol et morphine et je voulais savoir si vous étiez obligé d’opérer uniquement sous anesthésie générale. Merci beaucoup

    • Alexandre Marchac
      Publié le 21 octobre 2017 Répondre

      Bonjour oui malheureusement une intervention de réduction mammaire de ce type se fait obligatoirement sous anesthésie générale. On peut utiliser des modes d’anesthésie plus léger pour deux plus petites réductions mais pas dans votre cas. En revanche il existe des méthodes pour réduire l’angoisse avant une anesthésie et le risque d’allergie. J’encourage à en discuter avec mon anesthésiste qui vous fera pratiquer quelques séances de sophrologie si nécessaire avant l’intervention. cela marche généralement très bien

Commentaires