Lipofilling mammaire

L’augmentation du volume des seins se fait grâce à la greffe de tissus graisseux prélevés sur la patiente (lipoaspiration). Le lipofilling offre donc une alternative pour celles qui ne souhaitent pas avoir de prothèses. Il permet un gain de volume souvent assez modeste, mais qui répond aux souhaits de nombreuses femmes.

prendre un rendez-vous

Résultats de l’augmentation mammaire par lipofilling

Généralités sur l’augmentation mammaire par lipofilling

L’injection de graisse autologue (prélevée sur la patiente) dans les seins est autorisée en France depuis 2014, les experts de la Haute autorité de santé ayant établi qu’aucune étude identifiée ne mettait en évidence de risque de cancer lié à la réalisation de cet acte.

Une partie de la graisse injectée se résorbe comme dans tout lipofilling, mais elle forme quelquefois des micro-calcifications dans le sein susceptibles de perturber la lecture des mammographies de dépistage. On sait aujourd’hui que ces micro-calcifications n’ont pas la même structure que celles qui peuvent être associées au cancer du sein et un radiologue averti fera aisément la différence.

A noter : les injections de graisse sont réalisées sous la peau et non dans la glande mammaire.

Indications de l’augmentation mammaire par lipofilling

Le lipofilling est une bonne méthode chez les patientes qui recherchent une augmentation modérée du volume de leurs seins – passer d’un bonnet B à un bonnet C, par exemple – ou souhaitent donner plus de galbe à leur décolleté. J’interviens aussi bien sur des jeunes filles que sur des femmes d’âge mûr dont les seins se sont un peu creusés au pôle supérieur avec le temps : leur poitrine reste bien maintenue (peu de ptôse), mais leur décolleté s’est dégarni.

La limite de cette technique tient à la nécessité de trouver assez de graisse chez les patientes menues. Pour augmenter la taille des seins de l’équivalent d’un bonnet (soit environ 150 cc), il faut prélever plus ou moins 2 litres de graisse (pour les deux seins) sur le corps.

Consultation et examens avant l’augmentation mammaire par lipofilling

Lors de la première consultation, je vous interroge sur votre histoire médicale et votre état de santé. Je vous examine à la fois pour repérer les zones d’excédents graisseux (intérieur des cuisses, culotte de cheval, bas du dos, hanches, ventre…) et planifier les gestes de lipofilling. Deux séances à six mois d’intervalle sont nécessaires et il faut répartir les zones de prélèvement pour chacune de ces interventions : d’abord l’intérieur des cuisses des deux côtés, par exemple, puis un autre site. Je vous montrerai des photos d’interventions similaires : même si chaque poitrine est différente, elles aident à visualiser le résultat.
Une mammographie et/ou une échographie mammaires doivent être réalisées ainsi qu’un bilan sanguin à montrer lors du rendez-vous avec l’anesthésiste.
Il est important d’arrêter de fumer au moins 1 mois l’intervention. Les anti-inflammatoires (dont l’aspirine) doivent être arrêtés dans les 10 jours qui précèdent.

Déroulement de l’augmentation mammaire par lipofilling

  • Une anesthésie générale légère est pratiquée et l’intervention dure environ 1 heure.
  • Deux séances sont nécessaires pour obtenir un volume satisfaisant. Quand on pratique un lipofilling, une partie de la graisse injectée se résorbe (elle est éliminée par l’organisme). Dans le corps, le taux de résorption est d’environ 50 % dans les trois mois qui suivent. Si la première injection est de 200 cc (centimètres cubes) par sein, le volume définitivement acquis sera de 100 cc. Dans les 6 mois d’intervalle entre les deux interventions, la peau se détend et les tissus s’épaississent, ce qui autorise une injection plus importante lors de la deuxième séance (300 cc, dont 150 resteront en place, par exemple).
  • La lipoaspiration est pratiquée par petites quantités à plusieurs endroits du corps. Elle fait partie intégrante du geste esthétique : le prélèvement est effectuée à l’aide de petites canules, symétriquement et sans irrégularité. La graisse est ensuite purifiée et injectée par gouttelettes autour de la glande mammaire et au niveau du décolleté.

Suites opératoires de l’augmentation mammaire par lipofilling

  • L’intervention se pratique en ambulatoire (sortie le jour même). Des ecchymoses (bleus) peuvent apparaître sur les sites de prélèvement et sur les seins : elles s’estompent en 10 à 15 jours. Les douleurs de la lipoaspiration sont légères et on peut reprendre ses activités normales après quelques jours de repos.
  • Les cellules graisseuses s’intègrent aux tissus d’origine à vie (elles ne migrent pas) et suivent la même évolution : elles peuvent gonfler ou dégonfler si vous prenez ou perdez du poids. De même, la poitrine peut s’affaisser avec le temps, la graisse n’ayant pas la tenue d’une prothèse.

Complications possible de l’augmentation mammaire par lipofilling

Des kystes huileux peuvent se former lorsqu’on injecte trop de graisse et que les cellules qui ne survivent pas se résorbent mal. Ces kystes, visibles à l’échographie, peuvent être ponctionnés. Les zones de calcification qui apparaissent parfois sont également dues à des injections trop importantes. Lors d’une mammographie de dépistage, précisez au radiologue que vous avez eu un lipofilling, normalement il sait que ce type de micro-calcifications n’est pas suspect et ne demande pas d’exploration supplémentaire.

Contactez le secrétariat

Le secrétariat est ouvert du lundi au samedi de 8h à 20h : +33 1 47 27 44 31
Envoyez un mail tous les jours et 24h/24 : contact@dr-marchac.com

Envoyez un message

Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.

Ajouter un fichier

* Les champs sont obligatoires

Commentaires