Dual plan

Dans cette technique, la partie supérieure de la prothèse est placée derrière le muscle pectoral, et la partie inférieure, devant le muscle et derrière la glande mammaire. C’est le mode opératoire le plus courant aujourd’hui.

prendre un rendez-vous

Généralités sur l’augmentation mammaire avec implant mammaire

La technique du Dual plan (double plan) a été mise au point au début des années 2000 par le chirurgien américain John B Tebbetts pour éviter les inconvénients des deux positionnements qui préexistaient : devant ou derrière le muscle pectoral.

Dans le Dual plan :

  • le haut de l’implant est placé derrière le muscle ; ainsi, chez les femmes dont les seins sont peu épais (cas fréquent lorsqu’on souhaite une augmentation), on évite que les bords de la prothèse ne soient trop visibles par manque de couverture tissulaire, ce qui est le cas avec un placement devant le muscle ;
  • la partie inférieure de la prothèse est placée sous la glande ; on évite ainsi en partie les inconvénients d’un implant intégralement logé sous le muscle : douleurs postopératoires, déformation de la poitrine lors des contractions musculaires, pression du muscle sur l’implant provoquant parfois son déplacement, l’élargissement de l’écart entre les seins ou encore une élévation de la glande mammaire (qui restait attachée au muscle).

Le Dual plan est donc devenu la technique de référence dans l’augmentation mammaire avec prothèses. Néanmoins, le lipofilling, autorisé dans le sein depuis 2014, change un peu la donne. On peut aujourd’hui revenir à un placement devant la glande, sans toucher aux muscles pectoraux, car l’ajout de graisse masque très bien les bords de la prothèse (voir Composite prothèse + lipofilling). Cette approche moins invasive offre un résultat très naturel sans léser les tissus musculaires.

Indications de l’augmentation mammaire avec implant mammaire

L’intervention est indiquée chez les jeunes filles et les femmes qui sont gênées voire complexées par leurs petits seins. L’insuffisance peut être constitutionnelle (constatable dès l’adolescence) ou consécutive à des grossesses et allaitements voire à un amaigrissement important qui ont « vidé » la glande mammaire et, souvent, provoqué une ptôse (chute des seins). L’hypotrophie ou hypoplasie mammaire peut être objective avec un bonnet inférieur à A. Mais, hormis ces cas, la notion de taille de sein idéale est fluctuante – aujourd’hui, la tendance est plutôt en faveur des poitrines généreuses. Mon rôle est de répondre à la demande de mes patientes tout en restant dans les limites d’une silhouette harmonieuse et en minimisant le risque de complications, celui-ci étant majoré par la pose de prothèses trop volumineuses pour l’enveloppe cutanée.

Consultation et examens avant l’augmentation mammaire avec implant mammaire

Lors de la première consultation, je vous interroge sur votre histoire médicale et votre état de santé. Je vous examine en réalisant de nombreuses mesures. Chaque poitrine est différente. La largeur du thorax, l’épaisseur de la couche graisseuse, la symétrie des seins, leur fermeté, l’écart entre les deux seins…, tous ces paramètres sont à prendre en compte pour sélectionner la prothèse la plus adaptée, celle qui donnera le plus joli résultat.
Vous pourrez essayer différentes tailles et visualiser le résultat face au miroir mais aussi sur écran. Je prends quelques photos et le logiciel 3D fournit des images de votre silhouette après augmentation mammaire en quelques minutes. Nous les examinons ensemble pour affiner le projet.
Je vous montrerai l’emplacement et l’évolution des cicatrices : dans cette technique, la voie d’abord est sous-mammaire, et la cicatrice est camouflée dans le sillon.
Ma secrétaire vous remettra un devis détaillé, qui sera fonction de la difficulté opératoire. Une mammographie et une échographie mammaires doivent être réalisées, ainsi qu’un bilan sanguin qui vous sera demandé lors du rendez-vous avec l’anesthésiste.
Il est important d’arrêter de fumer au moins 1 mois l’intervention. Les anti-inflammatoires (dont l’aspirine) doivent être arrêtés dans les 10 jours qui précèdent.

Déroulement de l’augmentation mammaire avec implant mammaire

L’anesthésie est générale. L’intervention dure environ 1 heure.

Les prothèses sont mises en place par voie sous-mammaire (au niveau du sillon). La glande est séparée du muscle pectoral afin de rester souple et mobile et de bien recouvrir la prothèse dans la partie inférieure du sein. La partie inférieure du muscle est sectionnée pour laisser passer le bas de la prothèse.

Suites opératoires de l’augmentation mammaire avec implant mammaire

En général, vous sortez le lendemain de l’intervention.

  • Des anesthésiants placés autour de la prothèse à la fin de l’intervention soulagent pendant plusieurs heures. Lorsque les patientes se réveillent, je les aide à étirer leurs muscles pectoraux : cela améliore considérablement la récupération. Une fois les muscles étirés, un traitement antalgique suffit à prévenir l’apparition des douleurs.
  • Vous sortez de la clinique avec un pansement compressif autour des seins. Au bout de 5 jours, vous le remplacez par un soutien gorge spécial (sans baleine), à porter nuit et jour pendant 4 semaines pour aider l’œdème (gonflement) à disparaître.
  • En général, la reprise des activités normales est possible 3 ou 4 jours après l’intervention. Pour le sport, en revanche, il faut laisser passer 3 semaines environ.
  • La cicatrice dans le sillon sous-mammaire est habituellement très fine (environ 4 cm). Elle devient progressivement blanche et cesse d’évoluer au bout de 1 an. Durant cette période, il faut la protéger du soleil pour éviter une pigmentation brune. Si la cicatrisation se fait mal, des pansements spécifiques sont appliqués.
  •  Je vous revois une fois par an pour surveiller l’état de la prothèse. Vous devrez alors faire une échographie, dans certains cas une IRM.

Les seins avec prothèses évoluent un peu avec le temps, on constate une légère descente, avec un sillon qui se marque un peu, mais cette chute modérée n’a rien à voir avec la ptôse qui survient habituellement avec l’âge.

Complications possible de l’augmentation mammaire avec implant mammaire

Les complications sont heureusement rares. Le suivi immédiat (la nuit passée à la clinique, les rendez-vous des semaines suivantes) et la surveillance annuelle permettent de les détecter et de les prendre en charge.

Les complications précoces

  • L’hématome. Dans les 48 heures qui suivent l’intervention, un petit vaisseau peut saigner autour d’une prothèse. Le sein gonfle, durcit et devient douloureux. Il faut réopérer, repérer le vaisseau qui saigne, coaguler et remettre la prothèse en place. Cette complication est très rare (environ 1 % des cas).
  • L’infection. Cette complication également rare peut survenir dans les jours qui suivent l’intervention. Les symptômes sont des douleurs mammaires souvent pulsatiles, un peu de fièvre et un sein un peu rouge. Une prise de sang confirme l’infection. Un traitement antibiotique est prescrit et l’implant doit être enlevé.

On sait aujourd’hui qu’un processus infectieux chronique (à bas bruit et non aigu comme la situation décrite ci-dessus) est un facteur important dans la formation de coques. C’est pourquoi, en prévention, on administre des antibiotiques par voie veineuse durant l’intervention, on applique une solution autour de la prothèse avant de l’insérer pour empêcher la fixation des bactéries et on introduit la prothèse de façon à éviter tout contact avec la peau, source de contamination bactérienne.

Les complications à moyen et long terme

  • La capsule et la coque.  La mise en place des prothèses entraine la formation d’une membrane tout autour que l’on appelle « capsule », un processus attendu et normal. Cependant, il arrive que la capsule s’épaississe à des degrés divers, décrits dans la classification dite de Baker.
    • Baker classe 1 : la membrane reste souple et fine et vous ne la ressentez pas.
    • Baker classe 2 : les seins sont un peu fermes mais restent naturels et non douloureux. Cela peut survenir à moyen terme (1 à 3 ans après l’intervention). A ce stade, une surveillance suffit.
    • Baker classe 3 : les seins sont fermes et se déforment un peu.
    • Baker classe 4 : les seins sont fermes, douloureux et déformés.

Le changement de prothèse est nécessaire aux stades 3 et 4 (on parle alors de coque).

  • Le double sillon. Deux contours peuvent apparaître en bas du sein correspondant au bord inférieur de la prothèse et du sein (sillon mammaire). Dans ce cas, il faut ré-intervenir, changer la prothèse de loge en la positionnant entièrement devant le muscle pectoral.
  • La rupture de prothèse. Elle peut être la conséquence d’une contracture capsulaire (coque), d’une contrainte physique (choc comme un accident de voiture) ou du vieillissement de la prothèse. Le changement de prothèse n’est pas urgent, il peut être programmé dans les mois qui suivent, car le gel contenu à l’intérieur est très cohésif : il ne se répand pas dans le corps. Très souvent, les patientes ne s’en rendent pas compte, et c’est à l’occasion d’un examen de surveillance annuel (échographie ou IRM) que la rupture est détectée. Il faut alors retirer la prothèse et la changer.

L’insatisfaction des patientes

Il arrive que les patientes ne soient pas satisfaites du volume de leurs prothèses, qu’elles jugent dans la plupart des cas insuffisant. J’évite cette déconvenue en passant du temps en consultation et en les laissant s’exprimer face aux images de simulation 3D. Cela me permet de bien comprendre ce qu’elles espèrent, de choisir la prothèse qui correspond le mieux à leur souhait, tout en respectant un volume adapté à leur silhouette.

Contactez le secrétariat

Le secrétariat est ouvert du lundi au samedi de 8h à 20h : +33 1 47 27 44 31
Envoyez un mail tous les jours et 24h/24 : contact@dr-marchac.com

Envoyez un message

Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.
Aucun fichier choisi.

Ajouter un fichier

* Les champs sont obligatoires

Questions fréquentes posées

A partir de quel âge pouvez-vous pratiquer une pose de prothèses ?

A partir de 18 ans, mais en prenant le temps de bien peser les motivations chez les jeunes filles, dont la demande est parfois mal formulée, moins évidente que celle, assez classique, des femmes de 30-35 ans dont la poitrine s’est « vidée » après une ou plusieurs grossesses. En pratique, je préfère réaliser cette intervention chez ces jeunes femmes : elles savent souvent mieux ce qu’elles veulent et la satisfaction est plus élevée.

Est-ce remboursé par la Sécurité sociale ?

L’augmentation mammaire est rarement prise en charge par la Sécurité sociale, sauf en cas d’asymétrie mammaire majeure, de malformations des seins (seins tubéreux) ou de bonnet inférieur à A.

Peut-on allaiter avec des prothèses mammaires ?

Oui, La pose de prothèse ne gêne pas l’allaitement car l’implant est toujours placé derrière la glande mammaire.

Les prothèses mammaires ont-elles une date de péremption ?

On entend souvent dire que les prothèses ont une durée de vie de 10 ans. En l’absence de complication (coques dures et/ou douloureuses, rupture de prothèses), il n’est pas nécessaire de les changer de manière systématique – certaines de mes patientes portent les mêmes depuis 30 ans. Une consultation annuelle avec une échographie (parfois une IRM) permet de surveiller les prothèses et de décider s’il est nécessaire ou pas d’intervenir. Partez du principe qu’il faudra un jour les changer, mais pas nécessairement au bout de 10 ans si vos prothèses restent souples et indolores.

Commentaires